Je viens de terminer "Le samouraï qui pleure" un polar de Laurent Scalese. Enfin on ne dit plus polar, on dit thriller, ça doit être plus vendeur.  J'ai acheté ce bouquin sur une impulsion car je suis attiré par tout ce qui touche au japon (mémo pour moi-même : faire une note à ce sujet un de ces quatre) . Je n'avais jamais entendu parler, ni de ce romancier, ni de ce livre.

La lecture de ce roman m'a été globalement agréable grâce à un rythme soutenu. J'ai apprécié aussi que l'auteur semble parfaitement documenté sur la culture japonaise et nous distille ce savoir par petites touches.

Mais ce livre a bien des défauts : accumulation des clichés du genre, personnages caricaturaux, rebondissements prévisibles, dialogues fades...  On se croirait à certains moments dans une mauvaise série policière française, ai-je pensé à la lecture. Justement  je lis sur wikipedia que Scalese est scénariste sur ce genre de séries. Ah tout s'explique !  La belle qui se fait enlever par les méchants, le héros qui court à son secours puis quand tout semble perdu, la "cavalerie" qui surgit in extremis... 

Un peu dans ce style 

C'est sans doute ce que France Dimanche désigne comme "sa dextérité à manier le suspense" ... Hum... Non, décidément, difficile de lire un thriller français contemporain à la hauteur de Mo Hayder ou de Natsuo Kirino (je cite ces deux auteurs de thrillers pour leur lien avec le japon et leur qualité).  Le seul nom qui me vienne à l'esprit pour soutenir la comparaison c'est Tonino Benacquista dans ses meilleurs romans. Mais avec Laurent Scalese, comme avec Jean-Christophe Grangé (qui est une référence pour lui et pour beaucoup) ou Henri Lœvenbruck  (qui fait partie comme  LS du collectif d'auteurs La Ligue de L'Imaginaire) on est nettement un cran en dessous mais on passe quand même un bon moment de lecture.

Ce que je ne puis m'empêcher d'ainsi résumer :  "Le samouraï qui pleure" c'est nippon ni mauvais. J'ai essayé de me retenir pourtant...